Si votre site n’est pas responsive, il n’apparaîtra bientôt plus sur Google.

L'équipe Docwise

02/11/20
shutterstock 379989589
Inutile d’avoir un site internet s’il n’est pas responsive : il ne sera plus indexé par Google dès le mois de mars prochain. Google va finaliser sa politique de « Mobile first Index » à la fin du trimestre 2021. Qu’est ce que cela implique très concrètement ? 

Google s’est donné comme mission de vous apporter la réponse la plus pertinente à votre recherche. Du fait, selon où vous vous trouverez, et ce que vous rechercherez, vos résultats vont considérablement différer. 

Google a mis au point des règles simple de SEO (Search Engine Optimization) pour vous proposer la réponse la mieux adaptée à votre requête. Ces règles peuvent être d’origine technique (par exemple, avoir un certificat https) mais se base surtout sur la pertinence de votre contenu. La politique SEO Google évoluent sans arrêt, la preuve en est avec le mobile first index dont il est sujet ici. 

Pourquoi Google passe au mobile first index ? 

De nos jours, la vaste majorité des recherches internets s’effectuent sur mobile. Google a donc logiquement mis en place une politique d’indexation des sites se basant sur l’affichage mobile des sites internet et non plus sur l’affichage ordinateur. Ainsi, dans vos résultats de recherches, il n’y aura plus que des sites accessible sur mobile pour satisfaire la majorité de ses utilisateurs.


recherche sur mobile


Si votre site n’est pas responsive, c’est le moment de faire une mise à jour si vous voulez rester indexé sur Google. Un site responsive est un site qui est conçu et développé de façon à pouvoir s'adapter à toutes les résolutions d'écran. C'est donc un seul et même site qui peut être consulté sur ordinateur, sur mobile ou sur tablette. 

C'est d'autant plus le cas si vous effectuez de la publicité pour promouvoir votre business. Les sites qui ne sont pas adaptés aux mobiles verront leur score de qualité diminuer et seront donc obligés de payer plus cher pour des publicité AdWords. Google n’est pas le seul à appliquer cette politique de malus. Facebook a récemment annoncé que les publicités pour des sites qui ne sont pas mobile friendly se verront pénalisées.

MFI